Dimanche 14 avril, CINE-DEBAT

Dimanche 14 avril, CINE-DEBAT autour du film YALLAH GAZA, de Roland Nurier (documentaire 2023).

Les gazaoui-e-s parlent de leur quotidien, de géopolitique, de religion, de sionisme, de droit international, bref de tous les éléments nécessaires à la compréhension du vécu de cette société palestinienne et de son environnement si anxiogène. 

Une séance accompagnée par Sarah Katz, protagoniste du film et membre de l’Union Juive pour la Paix et d’ International Solidarity Movement. En partenariat avec un ensemble d’associations dont France Palestine.

16h00 au CAUE / salle Mickaël Sallé, 4 rue de l’Abbé du Bos à Beauvais-

billetterie : de 3 à 7 €

Il est impératif de réserver votre ou vos places  par sms au 06 47 08 55 70 !

Sainte-Soline, autopsie d’un carnage

Attac Oise vous conseille de regarder le documentaire en accès libre « Sainte-Soline, autopsie d’un carnage », co-produit par Reporterre et OFF Investigation.

Entre images sur le terrain et témoignages, vous allez accéder à l’autre côté de
l’histoire
.

Celui que les chaînes de télé n’ont pas osé raconter.

Celui que le gouvernement a voulu dissimuler. 

Attac Oise soutient les revendications et les actions de l’ADERA et de “Sauvez le Beauvaisis”

“Non, non, non à deux fois plus d’avions!”

Pour ceux qui ne veulent pas du doublement d’activité à l’aéroport de Beauvais-Tillé , doublement de l’impact climatique, doublement de la pollution de l’air ni du doublement du bruit … nous vous donnons rendez-vous mercredi prochain, le 13 mars à 17h30 devant la préfecture de Beauvais (1 place de la préfecture 60000 Beauvais | parking gratuit très proche).

L’ADERA vous propose d’agir !

1.             Au niveau local :

  • Joignez-vous à nous le 13 mars  à 17h30 devant la Préfecture de Beauvais (1 Place de la Préfecture 60000 Beauvais) pour réclamer un plafonnement de l’aéroport : Vous trouverez le détail ici : Mobilisation du 13 mars 2024 | ADERA (adera-association.com)
  • Adhérez ou renouvelez votre adhésion à notre association, l’ADERA, celle-ci ne vit que des cotisations de ses adhérents ; notre association défend nos intérêts , fait entendre nos inquiétudes et agit en justice pour améliorer la situation des habitants impactés par l’activité de l’aéroport. Nous avions obtenu le couvre-feu, nous avons obtenu devant le conseil d’état qu’il ne soit pas supprimé, ces actions en justice sont les plus efficaces mais coûtent cher. Donnez à l’ADERA les moyens de poursuivre ces actions. Un bulletin d’adhésion est disponible ici : Bulletin-dadhésion.pdf (adera-association.com)
  • Signalez aussi souvent que possible, au service environnement de l’aéroport (mail@aerovision.cloud) avec copie à votre Maire et à l’ADERA, tout avion qui vous paraitrait très bruyant, et/ou sur une trajectoire inhabituelle, en précisant la date, l’heure, le lieu et en joignant une photo de l’avion concerné si ça vous est possible. Nos élus considèrent que s’il n’y a pas de plainte, il n’y a pas de problème donc il faut se plaindre.
  • Ceux qui auront assisté aux réunions publiques du mois de février les auront déjà reçus. Envoyez aux élus et au SMABT les 3 courriers préparés par Sauvez le Beauvaisis dont les modèles sont ici : Courrier à envoyer aux élus et au smabt | ADERA (adera-association.com)

2.            Au niveau national

Si nous ne nous mobilisons pas, qui le fera pour nous ?

En finir avec les idées fausses sur l’écologie !

La section fédérale des retraité·es de la FSU Oise, Compiègne en Transition et Solidaires étudiant·es Compiègne organisent une soirée débat à Compiègne à 18h00 à la maison des syndicats (rue Hippolyte Bottier) avec Frédéric Amiel, coordinateur général des Amis de la terre, autour de son dernier livre « en finir avec les idées fausses sur l’écologie ».

👉�� L’écologie, c’est le retour à la bougie,

👉🏾 Le nucléaire va sauver le climat,

👉🏾 Sans croissance, la société va régresser…

Venez en discuter !

Revenu paysan/ Écologie/ Arrêt du libre-échange : le compte n’y est pas pour la conf’60

Tout ça pour ça !?

C’est un sentiment de rendez vous manqué qui nous secoue ces derniers jours, suite aux différentes annonces du Premier ministre et la levée des blocages FNSEA- JA et CR : Quel boulevard pour le développement d’une agriculture uniforme, toujours plus dépendante aux énergies fossiles, aux produits phytosanitaires, à la spéculation, à l’agrandissement et à la concentration du foncier dans les mains de quelques uns! Des annonces dans la droite lignée des politiques agricoles mises en place depuis des décennies : des fermes de plus en plus grosses, et des paysans.nes en voie de disparition.

Aucune annonce concrète sur des prix minimum d’entrée des produits sur le territoire pour assurer un vrai revenu. Aucun arrêt des négociations des accords de libre-échange. Aucune annonce structurelle pour aider la filière bio. Quid des filières en crise : l’apiculture ? le maraîchage ? la volaille ?, l’héliciculture? pour ne citer qu’elles.

Et quelle reculade pour la transition agro- écologique! Agriculture vs écologie, vraiment ?!

Les accords passés entre le gouvernement et le syndicat majoritaire sont  des accords de convenance : démagogiques et dangereux! L’arrêt du plan Ecophyto et les dérogations jachères ne garantiront pas un meilleur revenu aux paysans et ne nous rendront pas plus compétitifs face à des pays qui ont sacrifié la santé et le bien être de leurs concitoyens au profit! 

*Ne nous trompons pas de cible!

Une simplification administrative est nécessaire, mais les normes environnementales doivent continuer à protéger la santé de tous : consommateurs, riverains et paysans. Ces normes doivent être repensées avec les paysans pour être en accord avec la réalité de nos fermes.

Face aux défis climatiques et sociétaux : l’agriculture est un moteur de solution ! Le gouvernement doit soutenir la relocalisation des filières, et des pratiques respectueuses de l’environnement, pourquoi pas avec un paiement pour services environnementaux ?

Nous voulons vivre dignement de notre métier : défendre les enjeux de santé et de climat, sans rogner sur nos maigres droits sociaux !

Nous interpellons le gouvernement : l’écologie n’est pas l’apanage d’une élite urbaine, qu’il oppose trop souvent au “bon sens paysan”! Quand aura-t-on le droit à une politique agricole en accord avec les enjeux climatiques et les attentes de la société ?

On marche sur la tête ! Il faut cesser d’opposer deux types d’agriculture : cantonner la bio et les circuits courts dans un marché de niche et tirer l’agriculture productiviste vers le bas en poussant ses pratiques à être toujours de plus en plus compétitives ! Toutes les filières doivent être rémunératrices ! Le revenu paysan n’est pas une variable d’ajustement de la grande distribution et des agro-industries.

On reste déterminé !

La conf’60 continuera à être mobilisée en demandant :

  • l’arrêt immédiat des négociations des accords de libre-échange UE/MERCOSUR, un moratoire sur les accords commerciaux en cours de négociation et un réexamen des accords antérieurs.
  • une loi sur le revenu paysan interdisant l’achat de nos produits agricoles en dessous de leur prix de revient. Le respect de la loi EGAlim n’est pas suffisant car elle ne garantit pas des prix planchers.
  • des prix minimums d’entrée pour les produits importés en France, au-dessus des coûts de production français
  • l’interdiction des sur-marges de la grande distribution, pratiquées sur les signes officiels de qualité (SIQO), notamment sur les produits bio.
  • une répartition plus égalitaire de la PAC, avec un soutien à l’actif plutôt qu’à l’hectare.

Vous voulez parlez entre agriculteurs et consommateurs? En connaître un peu plus sur nos positions ? 

Nous organisons le “Salon de l’agriculture à la ferme”,  le samedi 17 février à l’EARL du Bio Gardin de 10h à 13h. Au programme : marché paysan, visite de ferme et temps d’échanges avec l’intervention de Thomas Gibert, maraicher et secrétaire national de la Confédération paysanne. Venez nombreux !

Il faut continuer à se mobiliser pour la paix

  ATTAC Oise était  présent à la manifestation entre Nogent sur Oise et Creil ce samedi 10 février 2024.

Pour demander un cessez le feu immédiat à Gaza, l’arrêt des massacres et de la destruction de la Palestine, et pour réclamer que cessent les envois d’armes à l’Etat Israélien.

Deux cents manifestants environ, des témoignages et des discours de politiques, de syndicalistes et d’associations. 

Et le constat qu’il faudra continuer à se mobiliser pour obtenir la paix et la libération des otages et de tous les prisonniers injustement emprisonnés.