Appel urgent à la mobilisation pour défendre le Rojava contre l’agression militaire turque

Dans le cadre des récents pourparlers entre l’AANES (L’Administration autonome du Nord et de l’Est de la Syrie) et l’Etat turc, réalisés avec la médiation des Etats-Unis, les Forces démocratiques Syriennes (FDS) ont déployé beaucoup d’efforts pour mettre en place une paix durable.

Par sa décision de retirer les troupes américaines du nord de la Syrie et de laisser le champ libre à la Turquie, le Président des Etats-Unis Donald Trump a violé l’accord négocié entre l’AANES et l’Etat turc. Cette région qui représente une oasis de stabilité et de coexistence en Syrie est aujourd’hui confrontée une nouvelle période de conflit sanglant.

Plus de 11 000 femmes et hommes des FDS, YPG et YPJ ont donné leur vie pour libérer cette région de Daesh, défendre les peuples de la région et leur assurer un avenir meilleur. Plus de 22 000 autres ont été blessés dans cette lutte acharnée pour protéger le monde de la brutalité de Daesh.

Une invasion de la région par les forces turques est synonyme de massacres, d’exode massif et de nettoyage ethnique.

Elle créera par ailleurs les conditions propices à la réactivation de Daesh qui redeviendra une menace grave pour le Moyen-Orient, l’Europe et le monde entier.

Par conséquent, nous appelons la communauté internationale, l’Europe et en particulier la France à prendre des mesures urgentes pour empêcher l’occupation turque et le nettoyage ethnique des Kurdes en Syrie.

Nous appelons au soutien et à la solidarité des organisations politiques, syndicales et associatives et de toutes les personnes attachées à la démocratie et aux droits humains.

Rejoignez-nous dans les mobilisations qui auront lieu partout en France et dans l’Oise

Scolarisés dans l’Oise, ces enfants dorment.. dans la rue !

A l’appel de de solidarité sans papiers, du réseau « veillée des écoles » de la FSU chaque jour rassemblement à 16h30 devant l’école Gérard de Nerval et à 19h place Brobeil (bourse du travail)

Nos organisations appellent à une grande mobilisation départementale jeudi 10 octobre 2019 à Creil :

  • Dès 17h00 réunion publique dans le hall du groupe scolaire (39 rue Gérard De Nerval)
  • 18h00 départ en manifestation de l’école élémentaire Nerval (39 rue Gérard De Nerval) vers la place BROBEIL (devant la bourse du travail de Creil)

Attac Oise appelle tous ceux et toutes celles qui le peuvent à participer à ces rassemblements et à la grande mobilisation du jeudi 10 octobre

Ci-après article du Parisien / Par Simon Gourru. Le 4 octobre 2019

« Scolarisés dans l’Oise, ces enfants dorment.. dans la rue ! »

Les manifestations de soutien se multiplient dans le département pour ces familles de demandeurs d’asile à la rue, dont les enfants sont scolarisés dans des écoles du département.

Creil, ce lundi. Chaque jour depuis lundi, des Creillois se mobilisent pour trouver un logement à une famille de quatre personnes

Depuis lundi, c’est devenu un triste rituel. Tout commence d’abord par un rassemblement devant l’école Gérard-de-Nerval de Creil, à 16h30. Une manifestation en soutien à la famille Babayan, dont les deux enfants sont scolarisés ici, et qui se trouve à la rue depuis lundi et le rejet de leur demande d’asile.

Le groupe de « protestataires » se dirige ensuite vers la place Brobeil, où s’arrête la maraude du Samu Social, pour tenter de leur trouver une place en hébergement d’urgence. Mais faute d’en avoir, chaque soir, la famille retourne à l’école où elle est hébergée par un groupe de citoyens. Un cas loin d’être isolé dans l’Oise. Voire de plus en plus visible.

Deux élèves dormaient dans une voiture

À Creil, c’est le troisième cas recensé en un mois. Début septembre déjà, les enseignants de l’école Albert-Camus avaient décidé d’accueillir dans leurs locaux la famille de deux de leurs élèves qui dormaient dans une voiture.

À Gérard-de-Nerval aussi, les professeurs ont lancé la mobilisation. « En tant que citoyen, précise Pierre Emmanuel Boudet, directeur de la maternelle. Mon métier était de signaler la situation au préfet. Ce qui a été fait. Après, c’est ma citoyenneté qui prend le relais. » Reste que les enseignants sont souvent les seuls à pouvoir repérer ces situations.

A Beauvais et Compiègne, d’autres mobilisations

À Beauvais, ils sont mobilisés ce vendredi soir pour huit enfants dans la même situation. À Compiègne, c’est le collectif Actus qui se bat pour trouver des solutions pour la dizaine d’enfants recensés dans le secteur, âgés de 9 mois à 16 ans. La moitié est scolarisée. Le collectif multiplie les manifestations comme vendredi dernier où des tentes ont été plantées devant la sous-préfecture et des fournitures scolaires récoltées.

Le nombre de ces enfants reste impossible à quantifier. Aucun relevé officiel n’existe. Une situation inédite pour Pierre Ripart, secrétaire départemental du Snuipp-FSU, syndicat enseignant. « Même sous la présidence de Nicolas Sarkozy, où les expulsions allaient bon train, le phénomène n’était pas aussi important. Cela existait mais n’avait pas cette ampleur. »

« Qu’ils aient des papiers ou non, cela n’empêche pas un peu d’humanité »

De quoi créer des situations de grande détresse. « C’est fou de se dire que cela arrive à des enfants qui vont à l’école avec les miens, souffle un parent d’élève creillois. Qu’ils aient des papiers ou non, cela n’empêche pas un peu d’humanité. » La situation serait encore plus importante à Creil. Chaque soir, lors des maraudes du Samu social, ce sont une quinzaine d’enfants et leurs familles qui cherchent un toit.

Pourtant, pour le directeur du Samu social 60, Stevens Duval, la situation n’a rien de nouveau. « Il n’y a pas d’augmentation mais ces cas sont plus visibles avec la scolarisation des enfants. Le questionnement est légitime mais le problème ne touche pas que l’Oise. Mais nous sommes déjà saturés, il est impossible de loger tout le monde. »

Si l’Oise dispose de 1 500 places pour les demandeurs d’asile, celles-ci ne sont plus attribuées si le dossier de la famille est rejeté. Ce qui arrive dans 60 % des cas. Soit 700 personnes chaque année dans l’Oise. Et comme les familles ne sont toutefois pas expulsées du territoire dans la foulée, elles se retrouvent souvent à la rue.

Seule solution, le 115

En situation irrégulière, il ne leur reste alors plus que les prises en charge par le 115 en fonction des places disponibles. « Il existe plus de 800 places pérennes dans le département, un chiffre multiplié par 2,5 en deux ans, ainsi que 700 places à l’hôtel », précise la préfecture. À l’approche de l’hiver, 148 places supplémentaires vont être proposées.

Pas de quoi contenter les citoyens mobilisés. « On reste là à se regarder en chien de faïence. Avec le nombre de logements vides pourquoi ne pas réquisitionner des bâtiments, questionne une enseignante. Il n’y a pas de réelle volonté de bouger. On préfère laisser ces familles dans le froid. »

Rassemblement le 24 septembre pour la défense des retraites

Attac Oise appelle à participer au rassemblement lancé par le Comité de Défense et de Promotion de la Santé et des Hôpitaux Publics de Creil et de Senlis :

Le 24 Septembre à 14h
devant l’HÔPITAL LAENNEC de CREIL

Pour la défense des RETRAITES : la RETRAITE, c’est aussi la SANTÉ.

Toute la population de notre AGGLOMÉRATION a besoin d’un bon HÔPITAL.

La planète compte sur vous ! Marches Mondiales Pour le Climat

En décembre 2015, alors que les chefs d’états célébraient la signature de l’Accord de Paris, le mouvement pour la justice climatique se mobilisait pour dresser des lignes rouges et pointer l’insuffisance des engagements des États pour limiter le réchauffement mondial à 1,5°C.

4 ans après, le compte n’y est toujours pas, les conséquences dramatiques des dérèglements climatiques sont déjà là, au Nord comme au Sud de la planète.

Si la prise de conscience individuelle et les petits changements du quotidien constituent un premier pas, ceux-ci ne doivent pas faire oublier l’urgence d’un changement de cap des politiques publiques.

Les derniers rapports du GIEC tant sur la pollution de l’air, des océans que sur l’agriculture et la biodiversité sont clairs : si les pays veulent respecter leurs engagements en matière de climat, ils doivent laisser les combustibles fossiles dans le sol et réorienter les politiques publiques vers une transition juste, qui protège les populations affectées par les impacts du changement climatique et ne laisse personne de côté.

Les marches du 21 septembre prochain s’inscrivent dans la démarche qu’il est encore temps d’agir pour le climat et la préservation de la planète.

Nous souhaitons contribuer à l’amplification de ce réveil citoyen afin de reprendre le contrôle et engager une transition énergétique plus ambitieuse et plus juste, à la hauteur de l’urgence climatique.

Il est encore temps d’agir pour :
➔ réorienter les politiques publiques vers une transition juste
➔ accélérer la transition dans les territoires, dans la production d’énergies renouvelables locales, dans les transports, dans l’habitat
➔ favoriser la création de millions d’emploi pour le climat

A l’appel de : Amap Creil, Grainothèque, CLAC, La quinoa, Cie la Cyrène, Collembole, Beauvais en transition, Nous voulons des coquelicots, Attac Oise, Fsu Oise, LDH, AICO, CGT Oise ….

Avec le soutien de : EELV, Génération.S, La France Insoumise, Parti de gauche, Parti Socialiste, Parti Communiste, Radicaux de gauche

SAUVE QUI PEUT ! L’Hôpital de Creil peut-il couler ?

COMITE de DEFENSE et de PROMOTION de la SANTE et des HÔPITAUX PUBLICS de CREIL et de SENLIS  

Beaucoup d’éléments inquiétants illustrent la gravité de la situation :

  • L’invraisemblable fermeture de la Maternité depuis six mois pour des raisons obscures.
  • Les départs de nombreux médecins de diverses spécialités.
  • L’inqualifiable situation des Urgences, reconnue par la Direction, l’Agence Régionale de la Santé (A.R.S) et le Ministère !
  • L’enfoncement dans une dette considérable que devait faire disparaitre la fusion des Hôpitaux de Creil et de Senlis.

Qui peut, qui doit sauver notre Hôpital ?

  • Les populations de nos deux agglomérations, mobilisées autour de nos élus.

Aussi notre Comité appelle-t-il, toutes et tous à se tenir prêts à intervenir dans les différents lieux et organes de décision : Conseil de Surveillance des deux hôpitaux, Conseils Municipaux, Conseils d’Agglomération afin de rappeler l’exigence du rétablissement de la réouverture d’une Maternité sur l’Hôpital Laennec de Creil.

Appel à rassemblement en soutien aux exilés, à Carole Rackete Capitaine du Sea watch 3 et à tout son équipage

Attac Oise soutient cet appel à rassemblement :
le mercredi 3 juillet à 18h, place Stalingrad à Paris

Contre la criminalisation des exilé-e-s et de leurs soutiens, l’humanité et les droits fondamentaux avant tout.

La nuit du samedi 29 juin, Carola Rackete a été arrêtée par la police italienne après avoir accosté avec son navire dans le port de Lampedusa. A son bord, 42 personnes secourues dans les eaux internationales au large de la Libye. Après 17 jours d’errance en méditerranée, la capitaine du Sea Watch 3 a pris la décision d’entrer sans autorisation dans le port, bravant ainsi les interdits du gouvernement italien et le silence de l’Union européenne.

Elle l’a fait parce qu’il y a quelque chose au-dessus des lois immorales promulguées par le ministère de l’Intérieur italien et de la lâcheté meurtrière de l’Union européenne. Au-dessus, il y a l’humanité et le respect des droits fondamentaux. Carola Rackete a fait le choix de l’humanité. Elle et son équipage ont choisi de sauver 42 femmes et hommes exilé-e-s, condamné-e-s à se noyer au milieu de la méditerranée, ou à être torturé-e-s, violé-e-s, enfermé-e-s.

En niant le droit de ces personnes d’être secourues, l’Italie se rend complice de l’enfer qu’est devenue la Lybie aujourd’hui pour les personnes exilées. En fermant les yeux et en se déresponsabilisant, la France se rend tout autant complice. En militarisant ses frontières et en déléguant l’accueil des personnes à des pays tiers, l’Union européenne est responsable du délitement de leurs droits. En refusant d’intervenir, la Cour européenne des droits de l’Homme devient complice de cette atteinte aux principes les plus fondamentaux de notre humanité.

Exigeons que les personnes sauvées et que tou-te-s les exilé-e-s soient protégé-e-s et que leurs droits soient respectés. Exigeons que tous bateaux avec à leur bord des enfants, des femmes et des hommes en danger soient accueillis dans tous les ports de l’Union européenne.

Exigeons la libération immédiate et la levée des sanctions contre Carola Rackete, Pia Klemp et tout l’équipage du Sea Watch 3, symboles d’une humanité qui nous donne à toutes et tous, chaque jour, l’espoir et la détermination.

Nous appelons toutes les organisations, citoyen-ne-s, personnalités engagées, à se rassembler le mercredi 3 juillet à 18h, place de la bataille de Stalingrad à Paris, pour dénoncer une atteinte inqualifiable aux droits humains les plus fondamentaux et soutenir l’ensemble des personnes exilées et leurs soutiens.