Pourquoi manifester le 5 décembre ?

La réforme des retraites envisagée par Emmanuel Macron suscite une immense mobilisation, car elle constitue une attaque frontale sans précédent contre la solidarité intergénérationnelle entre les salariés, au profit des actionnaires, des spéculateurs. Résultats : la retraite plus tard et des pensions plus faibles pour chacun et chacune, l’insécurité pour tous.tes. Avec la force de la protestation qui naît dans le pays, la réforme des retraites peut être mise en échec. Mieux encore, une victoire peut donner de la force à ceux qui veulent changer de politique et construire une société solidaire, juste, durable appuyée sur l’intérêt général. Non seulement c’est possible mais nécessaire. La cour des comptes vient de pointer les insuffisances du gouvernement en matière de lutte contre la fraude fiscale et donc de nous donner raison pour nos actions contre Amazon et ses fraudes.

Dans cette lutte, des forces qui se parlaient peu se rencontrent et dialoguent, en particulier les syndicats, les Gilets jaunes, les associations citoyennes, les marcheurs pour le climat et la biodiversité, et ceux qui agissent dans des secteurs divers, transports, hopitaux, étudiants, services publics, éducation, chimie, … privés et publics.

Nous appelons particulièrement à renouer le dialogue avec les policiers, (plusieurs syndicats de police appellent d’ailleurs à faire grève le 5 décembre) afin que leur mission de « gardien de la paix » pour la sécurité de tous les citoyens redevienne première au lieu d’être instrumentaliser par le pouvoir en « force du maintien de l’ordre dominant » de plus en plus injuste et répressif.

Cette convergence est nourrie par les liens noués sur les territoires, les expériences locales de riposte commune et d’auto-organisation. D’ores et déjà on voit se multiplier les alternatives concrètes ici et maintenant pour répondre à l’urgence sociale et écologique grandissante.

Nous pensons que toutes ces luttes sociales, écologiques et démocratiques convergent parce qu’elles ont un ennemi commun : le capitalisme financier, destructeur de l’humain comme de la planète, et ceux qui, comme Emmanuel Macron en France, le servent et s’en servent de façon irresponsable pour maintenir les privilèges de quelques-uns contre le bien commun. Les mobilisations à travers la planète doivent ici nous conforter. Au Chili, à Hong-Kong, en Algérie, en Colombie, au Liban, en Irak, en Iran et dans bien d’autres pays, le soulèvement des peuples fait trembler les gouvernements.

Nous souhaitons que de nouveaux dialogues féconds voient le jour dans cette lutte qui s’engage, et permettent aux plus grand nombre de mieux voir les enjeux d’aujourd’hui. C’est maintenant que le « pseudo grand débat d’E Macron » va commencer. Que naissent les idées nouvelles et les inventions qui surgissent à chaque fois que de grandes luttes sont menées. C’est une des conditions du changement de système que nous appelons de nos vœux.

Par contre, nous sommes encore une fois scandalisés par des manchettes de certains journaux (pas tous) qui titrent sur : « petit guide de survie » ou « les usagers pris en otage par les grévistes ». La survie, c’est tous les jours pour une majorité croissante de personnes !!! Quant aux usagers pris en otage, n’oublions pas que nous sommes tous et toutes à la fois des usagers, des consommateurs, des travailleurs, des retraités (ou futurs) mais surtout des citoyens.

C’est le sens de notre appel à tous participer à ce mouvement pour en faire un immense refus, un espoir et un point de départ.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *